Perspectives

En avril 2016, nous avions présenté notre stratégie Vision 2020, avec l’ambition d’être le fournisseur de référence en matière de divertissements connectés convergents et de solutions pour professionnels en Belgique. Les acquisitions ciblées et complémentaires de (i) l’opérateur mobile actif à l’échelle du pays BASE Company SA en février 2016, (ii) l’activité câble de SFR basée à Bruxelles et à Luxembourg (« SFR Belux ») en juin 2017 et (iii) l’intégrateur B2B de premier plan Nextel plus récemment (en attente d'approbation par les autorités de la concurrence concernées) démontrent que nous sommes en bonne voie pour réaliser notre stratégie. D'autre part, nous restons focalisés sur la fourniture au client d'un produit et d'une prestation exceptionnels via des solutions de connectivité fixes et mobiles ultrarapides et fiables, complétées par nos packs convergents et innovants tout-en-un « WIGO » et par une offre unique de divertissement premium 360 degrés. En avril 2016, nous avions aussi établi une perspective de rentabilité à moyen terme pour notre entreprise en visant un TCAC d’Adjusted EBITDA remanié de 5 à 7% sur la période 2015-2018. 2018 étant la dernière année de ce cadre prévisionnel à moyen terme, nous avons le plaisir de confirmer que nous sommes en bonne voie pour réaliser cet objectif, comme indiqué ci-après.

Pour l’exercice 2018, nous prévoyons une croissance stable du chiffre d'affaires sur une base remaniée. Le chiffre d'affaires et l’Adjusted EBITDA de l’exercice 2017 ont été remaniés pour prendre en compte (i) une contribution de SFR Belux sur l’ensemble des douze mois (contre 6,5 mois effectivement rapportés en 2017), (ii) le transfert de JIM Mobile et de Mobile Vikings à MEDIALAAN, une exigence réglementaire de la Commission européenne en 2016 dans le cadre de l’acquisition de BASE, (iii) l’impact du nouveau cadre comptable IFRS 15 et (iv) la vente d’Ortel à Lycamobile. Nos perspectives pour 2018 ne prennent pas encore en compte les effets de l’acquisition de Nextel, celle-ci étant en attente de l’approbation réglementaire comme indiqué plus haut. La croissance de notre chiffre d'affaires sur une base remaniée sera encore impactée par certains contretemps réglementaires et par l’environnement hautement concurrentiel, ceci étant en partie compensé par une solide croissance des revenus d'abonnement au câble sous-jacents et une contribution accrue de notre activité B2B et des partenariats commerciaux MVNO.

Après avoir réalisé une belle croissance de 6% de l’Adjusted EBITDA remanié en 2017 (alors que nos prévisions visaient la partie médiane d’une croissance à un chiffre) grâce à des synergies avancées liées à l’acquisition de BASE, nous visons une solide croissance de 7 à 8% de l’Adjusted EBITDA(a) sur une base remaniée pour 2018. Notre Adjusted EBITDA(a) pour l’exercice sera influencé positivement par la poursuite des synergies liées à l’acquisition de BASE, et notamment la réduction des coûts liés au Full MVNO dans la mesure où nous prévoyons d’achever l'intégration de nos abonnés Full MVNO dans le réseau Telenet pour la fin du 1er trimestre 2018. Par ailleurs, nous restons concentrés sur la maîtrise rigoureuse de nos frais généraux et de nos coûts indirects. Compte tenu de la croissance estimée de l’Adjusted EBITDA remanié(a) pour 2018, nous visons à présent un TCAC d’Adjusted EBITDA(a) amélioré de 6-7% pour la période 2015-2018, contre 5-7% initialement (2015 : Adjusted EBITDA remanié de 1.096,6 millions €).

En ce qui concerne nos dépenses d'investissement à imputer, 2018 sera la dernière année entière dans notre cycle d’investissements, caractérisée par des investissements relativement élevés compte tenu (i) du « Grote Netwerf », notre programme de mise à niveau du réseau HFC de 500,0 millions € sur cinq ans, (ii) de notre investissement de 250,0 millions € dans la modernisation du réseau mobile que nous avons acquis, (iii) de l’intégration pour l’année entière de SFR Belux, ce qui inclut des investissements supplémentaires pour améliorer l’expérience client à Bruxelles et en Wallonie, et (iv) du lancement de notre plan de mise à niveau de la plate-forme IT, qui générera dans le futur de nouvelles capacités numériques innovantes et des opportunités en termes de coûts. Avec environ 67% des nœuds câblés mis à niveau à la fin de l’année 2017, nous restons sur les rails pour mener à bien notre projet « Grote Netwerf » d’ici à la mi-2019, comme annoncé précédemment. Quant à notre réseau mobile, nous avons réussi à moderniser environ 87% de nos sites macro fin 2017, avec des dépenses croissantes afin que ce projet soit achevé pour l’essentiel d’ici mi-2018. Par conséquent, nous estimons que nos dépenses d'investissement à imputer représenteront environ 26% de notre chiffre d’affaires pour l’exercice 2018, avec l’engagement résolu de faire décroître le niveau de nos dépenses d’investissement à imputer à partir de 2019.

Enfin, nous prévoyons une saine croissance de notre flux de trésorerie disponible ajusté(b) pour 2018 à 400,0-420,0 millions €, soutenue par (i) une solide croissance de l’Adjusted EBITDA comme indiqué ci-avant, contrebalancée en partie par une hausse des dépenses d’investissement, (ii) une baisse des charges d'intérêts en espèces suite au refinancement de décembre 2017 et (iii) une croissance constante de notre plate-forme de financement par le fournisseur nous permettant d’étendre les modalités de paiement pour certains fournisseurs stratégiques.

(a) Le rapprochement entre notre Adjusted EBITDA pour l'exercice 2018, et notre Adjusted EBITDA CAGR pour la période 2015-2018, et un critère EU IFRS n'est pas disponible comme tous les éléments de ce rapprochement ne sont pas retenus dans nos prévisions et comme certains éléments peuvent varier d'une manière considérable d'une période à une autre.
 (b) Le rapprochement entre notre Adjusted Free Cash Flow pour l'exercice 2018 et un critère EU IFRS n'est pas disponible comme tous les éléments de ce rapprochement ne sont pas retenus dans nos prévisions et comme certains éléments peuvent varier d'une manière considérable d'une période à une autre.

(a) Le rapprochement entre notre Adjusted EBITDA pour l'exercice 2018, et notre Adjusted EBITDA CAGR pour la période 2015-2018, et un critère EU IFRS n'est pas disponible comme tous les éléments de ce rapprochement ne sont pas retenus dans nos prévisions et comme certains éléments peuvent varier d'une manière considérable d'une période à une autre.
(b) La comptabilisation des droits de diffusion pour le football et des licenses pour le spectre mobile non comprises.
(c) Le rapprochement entre notre Adjusted Free Cash Flow pour l'exercice 2018 et un critère EU IFRS n'est pas disponible comme tous les éléments de ce rapprochement ne sont pas retenus dans nos prévisions et comme certains éléments peuvent varier d'une manière considérable d'une période à une autre.
(d) En supposant que le paiement de l'impôt dû sur l’exercice 2017 (y exclus le paiement anticipé du 4 trimestre 2017) ne se produira pas avant le début de 2019.

Déclaration de 'Safe Harbor' en vertu du 'Private Securities Litigation Reform Act' américain de 1995 – Certaines déclarations incluses dans le présent document constituent des 'forward-looking statements' (déclarations prospectives) au titre du Private Securities Litigation Reform Act américain de 1995. Des mots ou expressions tels que « croire », « s’attendre », « devoir », « avoir l’intention de », « projeter », « faire dans le futur », « estimer », « position », « stratégie » et expressions similaires identifient ces déclarations prospectives relatives à nos perspectives financières et opérationnelles, nos prévisions de croissance, nos lancements de stratégie, de produits ou de réseaux, et l’impact attendu de l’acquisitions de BASE, de Coditel Brabant SPRL et de Coditel S.à r.l. sur nos activités et performances financières conjointes et sont sujets à certains risques connus et inconnus, incertitudes et autres facteurs qui peuvent avoir pour effet que nos résultats, performances, accomplissements ou résultats sectoriels réels soient significativement différents des résultats envisagés, projetés, prévus, estimés ou contenus dans les budgets, que ceux-ci soient implicites ou explicites. Ces facteurs comprennent de possibles développements préjudiciables affectant nos liquidités ou résultats opérationnels ; des événements préjudiciables de nature concurrentielle, économique ou réglementaire ; des paiements substantiels au titre de notre dette et autres obligations contractuelles ; notre aptitude à financer et exécuter notre plan d’affaires ; notre aptitude à générer des liquidités en suffisance afin de procéder aux paiements au titre de notre dette ; les fluctuations des taux d’intérêts et des devises ; l’impact de nouvelles opportunités commerciales nécessitant des investissements préalables significatifs; notre aptitude à attirer de nouveaux clients et à retenir les clients existants et à accroître notre pénétration globale du marché; notre aptitude à concurrencer d’autres sociétés de communications ou de distribution de contenu ; notre aptitude à garder les contrats qui sont indispensables à nos opérations ; notre aptitude à répondre adéquatement aux avancées technologiques; notre aptitude à développer et maintenir des sauvegardes de nos systèmes critiques ; notre aptitude à poursuivre le développement de réseaux, placer des installations, obtenir et conserver les agréments et accords gouvernementaux requis et financer la construction et le développement dans les temps prévus, à un coût raisonnable et à des conditions satisfaisantes ; notre capacité d’influencer ou de répondre de façon efficace à de nouvelles lois ou réglementations ; notre aptitude à procéder à des investissements créateurs de valeur et notre aptitude à maintenir ou augmenter les distributions aux actionnaires dans le futur. Nous ne sommes aucunement tenus d'actualiser les déclarations prospectives contenues dans ce communiqué aux fins de refléter les résultats réels, les modifications aux postulats ou les changements au niveau des facteurs qui influencent ces déclarations.